Se donner les moyens de réaliser ses objectifs de rentrée

En septembre, comme souvent aussi en janvier, c’est le moment des bonnes résolutions et des idées nouvelles.

Néanmoins, malgré toute notre bonne volonté et notre engagement, nous les chefs d’entreprise, sommes amenés, parfois, à différer dans le temps voire abandonner, au fil des semaines certains projets. Un peu comme les nouveaux joggeurs de septembre qui renoncent progressivement à s’entrainer à cause du froid, par manque de temps…

Apprendre à déléguer pour gagner en efficacité

Comment déléguer sans transpirer ? Découvrez les 6 secrets pour rendre son entreprise plus autonome !

Pourquoi déléguer ?

Déléguer permet de gagner du temps pour se consacrer à des tâches plus importantes, ou pour s’autoriser des congés bien mérités, par exemple. Nombreux sont les chefs d’entreprise qui pensent perdre du temps à former un collaborateur, ou encore qui pensent « mieux faire ». Déléguer, c’est au contraire cultiver des talents pour gagner en temps et en efficacité.

La délégation est l’un des outils les plus importants du management. La délégation permet d’augmenter sa productivité, à condition qu’elle soit réussie. Voici quelques principes fondamentaux à respecter pour déléguer en toute sérénité.

Comment déléguer en toute simplicité :

• Choisir le bon délégataire : déléguer oui, mais pas à n’importe qui ! Demandez-vous si la personne choisie les compétences, l’expérience mais aussi les ressources pour assurer cette mission. Vous pouvez également répartir cette responsabilité entre plusieurs personnes plutôt qu’une seule, si cela vous semble nécessaire.

• Motiver son délégataire : choisir de déléguer, c’est évidemment être conscient de l’intérêt de la tâche, mais est-ce si évident pour le délégataire ? Expliquez-lui ce qu’il gagne à accomplir cette mission, et quels sont les risques.

• Construire la délégation : définir clairement le périmètre de la délégation est essentiel. Le délégataire doit comprendre le contexte, les objectifs, l’importance de la tâche, les livrables attendus, les échéances…

• Préciser son rôle : si le délégataire doit avoir l’autorité nécessaire pour accomplir la tâche, le responsable reste vous et vous seul ! Déléguer, ce n’est pas abdiquer : définissez la fréquence des points de contrôle, le niveau d’autonomie et de responsabilité.

• Valider conjointement la délégation pour vérifier la compréhension et l’accord du délégataire.

• Faire confiance en son délégataire : qui dit bon management dit confiance ! Ne surveillez pas à outrance votre délégataire ; respectez l’autonomie que vous avez accordée. Par exemple, n’appelez-pas tous les jours pour prendre des nouvelles si vous avez convenu d’un point hebdomadaire. Si vous l’avez choisi, c’est que vous avez confiance en ses compétences, ne l’oubliez pas !

Ces quelques règles sont simples et pleines de bon sens : est-ce la raison pour laquelle nous avons tant de mal à les appliquer ?

Contactez nous pour recevoir un test d’évaluation de votre leadership managérial !

Pourquoi mes collaborateurs ne font-ils pas ce que je leur demande ?

Chef d’entreprise, vous-êtes-vous déjà demandé pourquoi vos collaborateurs ne faisaient pas ce que vous leur demandiez ? C’est d’autant plus surprenant voire décevant lorsqu’il s’agit de collaborateurs clés, eux-mêmes responsables d’équipes voire directeurs.

Quelle est la différence entre un « patron » et un « leader » ?

La dynamique vertueuse d’une société repose sur la différence entre un « patron » et un « leader ». Un patron est respecté pour son autorité tandis que l’on respecte un leader pour son charisme et sa capacité à écouter et faire adhérer. Malheureusement, tout patron n’est pas forcément un leader. Qu’apporte un leader à son entreprise ?

1. Le cercle vertueux d’une entreprise gérée par un leader :

Le chef d’entreprise leader sert ses collaborateurs pour les les maintenir dans un état de motivation et d’implication maximal ! Ainsi, les employés sont à même de servir les clients et de les rendre fidèles et inconditionnels. C’est au tour des clients de servir l’entreprise et d’en devenir les principaux prescripteurs. En retour, l’entreprise récompense le chef d’entreprise leader en développant sa valeur et sa rétribution.

Ainsi, pour l’intérêt de son entreprise, de ses employés, et pour son intérêt propre, le chef d’entreprise « patron » doit devenir « leader », c’est-à-dire rester au « service » de ses collaborateurs.

Que veut dire « être au service de ses collaborateurs » ?

  • – Il est important que le chef d’entreprise leader se focalise sur la sélection, le recrutement et l’intégration de ses collaborateurs.
  • – Le chef d’entreprise leader doit veiller à éliminer les obstacles qui pourraient empêcher ses collaborateurs de faire correctement leur travail.
  • – Le chef d’entreprise leader doit permettre à chaque employé de trouver un intérêt personnel à s’investir au mieux dans sa mission, avec une compréhension claire de ce que l’entreprise attend de lui.
  • – Le chef d’entreprise leader doit accepter de consacrer du temps au management de ses équipes (formation d’un comité de direction, réunions opérationnelles, etc.)

2. « Patron » ou « Leader » : les principales différences managériales

PATRON LEADER
Demande d’exécuter Fixe la direction, donne du sens
Craint d’être en position d’infériorité Est préoccupé par la mise en valeur de ses employés
Réprimande, sanctionne Sanctionne, après avoir recadré pour améliorer
S’impose Impose
Cherche à se grandir Aime voir grandir ses subordonnés
On lui obéit par crainte On adhère
A des pouvoirs A de l’ascendant
Décourage suggestions et observations Suscite initiatives et sens critique
Donne des ordres Est facteur d’ordres
Au-dessus de son équipe Avec son équipe
Sombre dans la routine Toujours en quête de progrès
Source de tensions Générateur de sérénité
Autoritaire par principe Son autorité est naturelle
Isole son personnel Ouvre des horizons
Est craint Est respecté
Est jaloux de ses prérogatives Est conscient de ses devoirs
Est présent Est disponible
Manipule par la flatterie Encourage, reconnait sincèrement le travail bien fait
Ne voit que les défauts Sait reconnaître les talents
Voit son équipe comme un coût Voit son équipe comme un investissement essentiel
Est en perpétuelle agitation Prend le temps de penser
Fait du chiffre à court terme Créé les conditions favorables au développement de l’humain et des résultats de l’entreprise

En somme, un chef d’entreprise leader guide ses employés afin qu’ils se responsabilisent et atteignent leurs objectifs : moins de supervision, mais plus de résultats ! Pour ce faire, il développe la confiance de ses employés à l’aide d’une bonne communication et en se présentant comme modèle. Pauvrement servi, l’employé aurait-il un autre intérêt que de servir pauvrement ?

Alors, quel type de dirigeant êtes-vous ; « leader » ou « patron » ?

Pour plus de renseignement sur les bonnes manières de diriger son entreprise pour la rendre vertueuse, n’hésitez pas à contacter votre coach d’affaires !