Pourquoi organiser un comité de direction dans une petite entreprise ?


La formation d’un comité de direction dans une entreprise de 20 à 25 personnes est souvent remise en question. Perte de temps, réunionite, discussions stériles… tant de craintes faisant que les chefs d’entreprise préfèrent souvent retarder la mise en place d’un comité de direction. Alors, à quel moment créer un comité et quels sont les avantages concrets pour l’entreprise ?

1- Quand est-il judicieux de créer un comité de direction ?

  • – L’entreprise grandit et le chef d’entreprise se retrouve seul pour prendre la majorité des décisions.
  • – La tête dans le guidon, le dirigeant ne prend assez de recul pour prendre un certain nombre de décisions stratégiques.
  • – Il a le sentiment que son équipe ne comprend pas ses choix et ne s’engage pas pour réaliser les objectifs globaux de l’entreprise.
  • – Ses principaux collaborateurs se désintéressent poliment des objectifs des autres services, entrant même souvent en conflit pour assurer leur performance individuelle. Ils sont motivés mais sont-ils impliqués ?

Si la fréquence de ces situations s’accélère, c’est le moment de lancer un comité de direction !

2- Pourquoi créer un comité de direction ?

Le comité de direction est un moyen de faire émerger une équipe de direction.

L’équipe de direction est constituée des cadres clés de l’entreprise, idéalement choisis pour leurs compétences techniques et managériales, l’appropriation des valeurs de l’entreprise mais aussi leur niveau d’engagement.

Le comité de direction (« Codir ») doit créer de la valeur !  Son objectif est d’augmenter la performance collective de l’entreprise et faire en sorte qu’elle soit supérieure à la somme des performances individuelles des différentes directions ou services.

3- Quels sont les effets immédiats ?

  • – La reconnaissance du rôle des membres du « Codir », qui font partie des « Happy Few», ceci les aide aussi à renforcer leur leadership vis-à-vis de leurs équipes.
  • – L’accès à l’information, souvent confidentielle, donnant des éléments de contexte pour mieux comprendre et accepter les décisions de la direction générale.
  • – La participation active aux prises de décision avec possibilité de donner son point de vue : on accepte davantage les décisions pour lesquelles on n’est pas forcément d’accord.
  • – L’accès pour le dirigeant à une approche enrichie par le partage des idées, tout en gagnant du temps: le « cerveau collectif » mentionné par Andrew Carnegie dans sa philosophie du succès. On évite ainsi de nombreuses réunions bilatérales.
  • – Le renforcement de la solidarité des membres: écouter les interventions de ses pairs plutôt que consulter ses messages, par exemple.
  • – Faciliter le travail d’équipe sur les dossiers transversaux avec une clarification des responsabilités de chacun.
  • – Donner aux membres de l’équipe de direction la possibilité de grandir, en sortant du quotidien, par la prise de recul.
  • – Permettre de diffuser une information homogène à tous les collaborateurs de l’entreprise, rapidement et de manière coordonnée.

Le « Codir » est un formidable moyen de renforcer son leadership, à condition de respecter quelques règles de base pour le démarrage des premiers comités de direction !

Concluons cet article par un dicton africain illustrant parfaitement l’intérêt de former une équipe de direction : « Tout seul on va plus vite, à plusieurs on va plus loin »

L’accompagnement par un coach d’affaires permettra d’adapter la mise en place à la situation de l’entreprise et les besoins/ attentes du dirigeant.

Jean-Yves David, coach d’affaires et de dirigeants certifié, Mentorys franchisé ActionCoach.

Lectures conseillées :